Accueil / Albums /

Campagne de 1914 - M. Millerand, Ministre de la Guerre, le Général Joffre et l'Etat-Major sur le front - 1915

ND. Phot. 137 - Campagne de 1914 - M. Millerand, Ministre de la Guerre, le Général Joffre et l'Etat-Major sur le front - 1915.jpg La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915La Grande Guerre 1914 - Le Général Joffre et le Général de Castelnau visitent le frontMiniaturesDe tes yeux la douce lueur Au combat me fait grand de cœur - Soldat près d'un canon songeant à son épouse - 1915

Carte postale écrite par un soldat de la Première Guerre Mondiale à ses parents le 24 juin 1915 :

« 24-6-15 - 18 heures
Chers Parents,
Nous sommes partis ce matin à 2 heures pour rentrer à midi et avons fait un bon voyage sans poussière, la pluie de la nuit l'ayant absorbée.
En rentrant on m'a remis vos cartes et lettres des 19 et 20 courant et je souhaite ardemment que les prières de tous ces enfants pour leur père soient entendues et que Dieu donne à nos armées une prompte et définitive victoire afin que chacun retrouve sa famille, la vie ici n'ayant rien de bien intéressant.
En attendant cet heureux jour recevez pour vous tous mes plus affectueux baisers,
J Dumont »

14 x 9 cm