Accueil / Albums / THÈMES / Militaire / Cartes d'une épouse à son mari à la guerre en 1915 /

Pouquoi rêver ? puisque demain nous pourrons nous tendre la main ! - Femme assise à sa table d'écriture et songeant à son mari soldat sur le front - 1915

E.M 63 - Pouquoi rêver puisque demain nous pourrons nous tendre la main - C.P.I. - 1915.jpg Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916Ouvre grand tes bras, mon absent chéri, Pour faire à mes fleurs un bien doux abri - Femme assise avec un bouquet songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesAprès la Victoire - Soldat se voyant dans son lit avec son épouse - 1916

Carte postale écrite le 22 août 1915 par Marie Dumont et sa fille Marie-Louise, d'Arlanc (Puy-de-Dôme), et adressée à son mari soldat sur le front pendant la Première Guerre Mondiale :

« 22/8/15
13 heures
Mon cher Joseph
Ce matin le papa a été à la messe de 7 heures 1/2 et nous deux à celle de 10 heures, peu après notre arrivée le facteur a passé et nous avons eu le bonheur de te lire par ta carte du 16, nous voyons avec plaisir que maintenant tu peux nous écrire plus longuement, ce qui je t'assure me fait bien plaisir.
J'ai reçu le montant de la traite de Mme Chabrier et ce soir ou demain je lui remettrai les fonds.
A bientôt je l'espère le bonheur d'apprendre ton arrivée. Dans cette attente je t'envoie mes meilleurs baisers et ceux de la famille.
M. Dumont »

« Avant d'aller à vêpres je t'envoie mes plus doux baisers
M. L. D. »

8,7 x 13,8 cm

Auteur
E.M - N° 63 - C.P.I. - Chambre Syndicale Française des Éditeurs de la Carte Postale Illustrée
Score
pas de note
Notez cette photo