Accueil / Albums /

Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915

Patriotic 1046-5 - Mes pensées à celui que j'aime - A. Noyer, Editeur, Paris - Dumont 1915.jpg Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915Toujours avec toi par la pensée - Femme près d'un vase avec un bouquet de lilas, songeant à son mari soldat sur le front - 1915MiniaturesL'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915

Carte postale écrite le 12 avril 1915 par Marie Dumont, d'Arlanc (Puy-de-Dôme), et adressée à son mari soldat sur le front pendant la Première Guerre Mondiale :

« 12/4/15 13 heures
Mon cher Joseph
Nous venons de recevoir ta carte du 8 qui est très brève et qui nous fait supposer que la course que tu venais de faire t'avait fatigué, il était si tard et certainement tu avais grand besoin de repos, pourvu que l'on vous ait donné le temps suffisant pour en prendre un peu, et réparer tes forces.
Que de fatigues à toi, et que d'inquiétudes pour moi coûte cette pénible situation.
Il y a 3 mois aujourd'hui nous avions le bonheur de t'avoir au milieu de nous, à quand aurons-nous le bonheur de te revoir à nouveau ? Hélas les jours passent et la situation ne change guère.
Ce matin j'ai reçu une lettre de la S.C nous informant que les 25 frs Rente 3 1/2 non libérés que nous leur avions adressés pour la vente le 13 Mars n'étaient pas vendus à ce jour et de leur envoyer de nouvelles instructions. Que dois-je leur écrire ? J'attends ta réponse pour leur écrire.
A demain le plaisir de te lire.
Je t'adresse de nous tous les meilleurs baisers.
M. Dumont »

8,7 x 13,8 cm

Auteur
Patriotic - N° 1046/5 - A. Noyer, Editeur, Paris - C.P.I. - Chambre Syndicale Française des Éditeurs de la Carte Postale Illustrée
Score
pas de note
Notez cette photo