Accueil / Albums /

L'alarme est donnée - Vivent les Alliées - 1915

CO 9 - L'alarme est donnée Vivent les Alliées - Joseph Dumont 1915.jpg Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013Mes pensées à celui que j'aime - Une femme tenant des pensées dans ses mains songe à son mari soldat sur le front - 1915 MiniaturesSensation Bretagne - Survol d'Erquy - 2013

Carte postale écrite par un soldat de la Première Guerre Mondiale à son père le 17 juin 1915 :

« 17-6-15- 16 Heures -
Mon Cher Papa,
Voilà la première fois que je suis éloigné de toi le jour de ta fête, et privé ainsi du bonheur de pouvoir te donner mes meilleurs baisers avec mes vœux et souhaits de bonne fête. Puisque les circonstances douloureuses de l'heure présente exigent de constants et grands sacrifices, je t'adresse donc cher papa sur cette modeste carte les meilleurs vœux et souhaits de bonne fête, de bonheur et de bonne santé que je forme pour toi et le souhait de te retrouver bientôt et toujours bien gaillard afin de continuer à t'entourer de toute la tendresse que tu mérites, et qui n'est qu'un juste retour de celle que tu as toujours eue pour moi et que je n'oublierai jamais.
Je t'embrasse mille fois bien affectueusement, mon cher Papa, et prie Marie et Marie Louise de te donner pour moi et en sus des leurs de bien doux baisers,
J. Dumont »

8,9 x 13,8 cm

Auteur
CO (? lettres entrelacées) - N° 9
Tags
1915, soldats
Score
pas de note
Notez cette photo